Accueil / Home

  ACTMD - Association Canadienne des thérapeutes en Médecines Douces
CATCM - Canadian Association of Therapists in Complementary Medicine

ACDM - Association Canadienne des Massothérapeutes  et Autres thérapeutes en Médecines Alternatives

Accueil / Home

 

 

 

Article du mois
Article of the month

 

 

LA TECHNIQUE BOWEN!: UN NOUVEAU VENU DANS LE MILIEU DES THERAPIES MANUELLES
Par Louise Tremblay, étudiante en homéopathie classique

Parmi la liste des thérapies manuelles s'est ajoutée dans les dernières années la technique Bowen. C'est l'une des plus récentes techniques, et sûrement l'une des plus " délicates " , de celles répertoriées jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit d'un traitement en surface, mais ayant des effets très profonds sur le système nerveux sympathique. Elle comporte un nombre déterminé de manipulations simples, mais très précises. Elle vise essentiellement à redonner au corps son mécanisme d'autonormalisation par l'intermédiaire des muscles, des tendons, des nerfs et des fascias. Elle ne comporte aucun ajustement mécanique ou structurelle, aucune manipulation forcée.

Le mouvement le plus communément utilisé consiste à placer les deux pouces bout à bout sur un point précis, à exercer une pression perpendiculaire aux fibres, puis à relâcher cette pression selon la technique de M. Bowen, c'est-à-dire en faisant rouler le muscle ou le tendon sur lequel la pression est exercée. On peut comparer ce mouvement au pincement d'une corde de guitare. Selon le résultat souhaité, les mouvements se font à différents endroits, souvent près des points d'attache des muscles, et la plupart de temps par paires symétriques (d'un côté du corps puis de l'autre). Mentionnons que, même en français, on désigne généralement les manipulations spécifiques de la technique Bowen par le terme anglais move.

Il y a deux façons pour tenter d'expliquer les effets de ces moves : on pourrait les comparer à l'action d'un musicien qui, en pinçant une corde de guitare exactement au bon endroit et avec la force appropriée, produit une vibration qui se décuple et se répercute à travers tout l'instrument. Ainsi, le train d'onde produit par l'action du thérapeute se propage dans tout le corps et le thérapeute doit s'arrêter quelques minutes pour laisser le temps à cette vibration de s'amenuiser d'elle-même. En effet, tout comme la corde de guitare arrêtera de vibrer si on la touche, il en est de même pour l'effet produit dans l'organisme. La pause devient donc un élément essentiel du traitement Bowen. L'autre vision se veut plus physiologiste et met en cause la stimulation de certains neurorécepteurs tels, les mécanorécepteurs et les propriocepteurs (les fuseaux neuromusculaires, les récepteurs kinesthésiques des articulations et les organes tendineux de Golgi). Ce serait la stimulation de ces éléments neurologiques, à travers la fibre musculaire ou tendineuse, qui serait le point de départ d'une information sensorielle visant la réappropriation du schéma corporel par le système nerveux central. Cette théorie n'est pas scientifiquement prouvée, mais elle semble convenir à l'action exercée par le thérapeute Bowen.

L'histoire de Thomas (Tom) Bowen (1916-1982), l'Australien qui a mis au point cette approche manuelle, n'est pas claire. Selon certains, il n'a jamais reçu de formation spécialisée, et selon d'autres, il aurait fait 2 ans d'études de médecine. Quoi qu'il en soit, tous s'entendent pour dire qu'il a été un véritable guérisseur naturel (healer) et que la méthode qu'il a développée en tant qu'autodidacte est d'une efficacité redoutable. Tom Bowen, un homme très croyant, se disait inspiré par une vision supérieure qu'il appelait Dieu.

À compter du début des années 1950, devant la demande de clients de plus en plus nombreux, Tom Bowen décida de se consacrer à temps plein à sa pratique. Il utilisa d'abord le titre d'ostéopathe, étant d'avis que c'était en gros ce qu'il faisait plus tard, quand l'appellation d'ostéopathe devint réservée, il se nomma simplement " thérapeute manuel " .

En 1974, il invita deux personnes, Oswald Rentsch et sa femme Elaine, à devenir ses élèves et à codifier son travail. Comme il l'avait souhaité, les Rentsch ne commencèrent à enseigner sa méthode qu'après son décès ils enseignèrent d'abord en Australie, puis en Europe et en Amérique du Nord (à Montréal pour la première fois en 1996). The Bowen Therapy Academy of Australia (BTAA), l'organisme officiel d'enseignement et de certification, fût mis sur pied en 1987. On trouve aujourd'hui des praticiens dans plus de 30 pays.

On sait que Tom Bowen croyait à des principes qui circulaient déjà dans l'univers des thérapies corporelles, comme ceux qui forment la base de l'ostéopathie :

  • Le corps possède un mécanisme d'autonormalisation qui requiert parfois d'être stimulé
  • La structure gouverne la fonction, ce qui veut dire qu'une perturbation dans cette structure dérangera son fonctionnement et celui de l'organisme entier.

Dans le site officiel (www.bowtech.com), on affirme que la technique Bowen " ne cherche pas à traiter des conditions spécifiques, mais plutôt à stimuler l'organisme pour qu'il mette en place ses propres mécanismes de rétablissement. " On mentionne qu'elle serait efficace pour les applications suivantes :

  • Accélérer le temps de rétablissement à la suite d'une maladie, d'une opération ou d'une blessure.
  • Soulager un ensemble de douleurs musculo-squelettiques.
  • Améliorer la situation dans les cas de problèmes courants des systèmes digestif (constipation, diarrhée, etc.), respiratoire (congestion des sinus, rhume des foins, etc.) et reproducteur (douleurs menstruelles, etc.).

Des recherches montrant l'efficacité de la technique Bowen sont en cours de réalisation et d'autres sont déjà disponibles pour consultation dans le site officiel de la technique Bowen.

Lors d'une séance Bowen, le client s'étend sur une table de massage et peut garder des vêtements légers. Le praticien fait ses moves par séquences et s'éloigne de la table entre chacune d'elle, pendant au moins deux minutes et parfois plus, afin de laisser le système nerveux intégrer la nouvelle information. Les séances durent environ une heure et la plupart des clients montrent une amélioration significative dès la deuxième ou la troisième séance.

Habituellement, dans un premier temps, le praticien applique certains moves de base qui permettront au corps d'amorcer un processus général d'autonormalisation. Dans un deuxième temps, il choisira ceux qui correspondront plus spécifiquement aux besoins du client.

La réaction des tissus aux moves varie d'un client à l'autre et d'une séance à l'autre (chaleur, picotement ou irradiation temporaires). Il arrive souvent que les clients ressentent une profonde détente d'autres déclarent vivre aussi une certaine libération émotionnelle.

Les processus mis en oeuvre par le traitement persistent pendant quelques jours après la séance, ce qui demande aux clients d'observer certaines précautions pendant ce temps pour ne pas changer la nature de l'information reçue.

L'apprentissage de la technique, telle qu'enseignée par l'Académie Bowen d'Australie et ses instructeurs accrédités, exige une formation de 15 jours répartis en six modules de deux jours et un septième de 3 jours pour acquérir la dextérité nécessaire à la certification, les élèves doivent aussi accumuler un grand nombre d'heures de pratique. Après cette formation de base, les praticiens peuvent s'inscrire à des séminaires de perfectionnement dirigés par Oswald et Elaine Rentsch et proposés à différents endroits dans le monde, dont Montréal.

L'organisme accréditeur, qui opère sous le nom Bowtech, exige que ses étudiants aient déjà terminé un minimum de 120 heures de cours d'anatomie et de physiologie, et aient une formation en réanimation cardiorespiratoire (minimum 20 heures). Les préalables peuvent varier selon les exigences de la législation en vigueur dans un pays donné. Ainsi, au Québec et en France, il est nécessaire d'être thérapeute et membre d'une association professionnelle reconnue, ainsi que de posséder une assurance responsabilité. Les élèves se recrutent surtout chez les massothérapeutes, les naturopathes, les homéopathes, les chiropraticiens, les ostéopathes et les kinésithérapeutes, qui apprécient cette technique simple, rapide et efficace.

Il existe un registre national des praticiens en France, au Canada et dans tous les pays où se pratique la technique Bowen. L'adhésion n'est pas obligatoire mais fortement recommandée. Seuls les membres de Bowtech sont listés dans l'Internet et dans le magazine trimestriel Bowen Hands.

Louise Tremblay est  étudiante en homéopathie classique,
SPHQ-ICCH Instructeur senior pour l'Académie Bowen d'Australie
www.techniquebowen.com
514-651-3546  

 

 

 

 

© Copyright ACTMD